XVIe Sommet de la Francophonie : L'Agence universitaire de la Francophonie confortée dans son rôle d'acteur du développement

Le XVIe Sommet de la Francophonie s'est déroulé les 26 et 27 novembre 2016 à Antananarivo, Madagascar, sur le thème « Croissance partagée et développement responsable : les conditions de la stabilité du monde et de l'espace francophone ». Il a réuni près de 30 chefs d’État et de gouvernement qui ont débattu des grandes orientations de la Francophonie pour les années à venir.

L'AUF, en qualité d'opérateur pour l'enseignement supérieur et la recherche du Sommet de la Francophonie, a participé aux débats qui ont abouti à une déclaration finale « La déclaration d'Antananarivo » adoptée par les chefs d’État et de gouvernement.

Trois articles concernent directement l'AUF.

Les chefs d'État et gouvernement :

  • affirment leur soutien au nouveau méta-portail de ressources éducatives francophones (IDNEUF) qui s'inscrit dans la promotion d'une éducation inclusive et de qualité pour tous ;
  • demandent aux différents opérateurs et particulièrement à l'AUF, de poursuivre le développement de partenariats pour la mise en place de projets collaboratifs et innovants, vecteur de l'émancipation économique et sociétale ;
  • encouragent l'AUF à développer ses actions de formations et de soutien à la recherche dans le domaine de la cybersécurité, notamment en mobilisant ses réseaux.

Par ailleurs, en marge du Sommet, l'AUF s'est engagée dans des projets multipartenariaux en faveur de la francophonie économique et de la jeunesse francophone :

  • la création d’un Observatoire économique de la Francophonie à l’Université de Montréal (Canada) en partenariat avec le gouvernement du Québec ;
  • la mise en place du programme « Jeunesse Malgache compétente au travail » porté par l'Université du Québec à Trois-Rivière (Canada) et associant plus d'une dizaine de partenaires ;
  • la mise en place d'un programme consacré au Volontariat international en francophonie, en partenariat avec l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Conférence des Ministres de la Jeunesse et des Sports de la Francophonie (CONFEJES) ; l’Agence du Service Civique (ACS – France) ; l’Office franco-québécois pour la jeunesse et Le Bureau International Jeunesse de Bruxelles.

Ces dispositions démontrent que l'enseignement supérieur et la recherche ont toute leur place au sein de la Francophonie pour favoriser le développement global.

L'AUF, association d'institutions universitaires, regroupe aujourd'hui plus de 800 universités dans plus de 100 pays réunies par le partage d'une même langue et le principe de solidarité active. A la tête de ce réseau international d'universités, l'AUF s'engage notamment à faciliter le partage d'expertise et d'innovation entre ses institutions membres, afin de les aider à assurer leur mission de développement dans leur pays respectif. 

« L'enseignement supérieur et la recherche ont désormais pris une place essentielle dans le développement global, bien au-delà de son rôle traditionnel consacré à la formation des élites » affirme le recteur de l'AUF, Jean-Paul de Gaudemar. « C'est la force de l'AUF que de fédérer au sein de la Francophonie les forces correspondantes et le formidable potentiel d'expertise et d'innovation qu'elles représentent » conclut-il. 

Partagez !